E. MACRON en campagne présidentielle : l'Algérie n'en demandait pas tant

Publié le par Cercle Algérianiste d'Aix en Provence


"Je crois que les autorités algériennes ont pris cette déclaration pour ce qu'elle était, c'est-à-dire une déclaration qui s'inscrit dans un temps électoraliste" , a commenté Mélanie Matarese, journaliste à El Wattan, au cours de l'émission "Soft Power" du 19 février dernier sur France Culture.

Et la journaliste de rajouter : "Je crois en partie que l'Algérie est un peu gênée" !
En effet, la réaction autour de la présidence algérienne a été mesurée (on ne veut pas bouleverser le règlement des différents agendas avec la France) et la déclaration du candidat français n'a pas provoqué d'effervescence dans l'opinion.

Pour Pierre Haski, cofondateur de Rue 89, interrogé au cours de cette même émission,"L'Algérie n'en demandait pas tant !" 
 

Ainsi Macron a réussi à faire d'une pierre deux coups : il a commis une faute d'Etat en France et une bourde diplomatique en Algérie.

Publié dans POINT DE VUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :