LA QUININE : Une invention de l'Algérie

Publié le par Cercle Algérianiste d'Aix en Provence

 


Qui, en ce temps de coronavirus,  n’a pas entendu parler de la CHLOROQUINE (du Dr. Raoult), substitut synthétique de la QUININE ?
La QUININE, voilà qui nous parle, à nous Français d’Algérie !

2 exemples parmi d'autres.

N’est-ce pas un certain Gaëtan PICON, arrivé en Algérie dans les premières années de la conquête, qui, atteint de fièvre, met au point une "tisane" à base d’oranges amères et de QUININE qui présente des propriétés fébrifuges et apéritives ?
Son breuvage convainc bientôt le général Valée (futur gouverneur de l’Algérie (1837/1840) qui lui demande d’en fabriquer pour ses unités.
C’est ainsi qu’il se fixe à PHILIPPEVILLE en 1837 et y crée son entreprise, plus tard sous le nom "d’AMER PICON".
L’histoire du PICON fait partie de l’histoire de l’Algérie française et son étiquette le rappelle (n'en déplaise à Wikipédia qui parle d'une boisson d'origine marseillaise ! ) : l'étiquette représente un cavalier de l’Armée d’Afrique.

 

N’est-ce pas encore un certain François MAILLOT , médecin de l’Armée d’Afrique lors de la conquête de l’Algérie, qui affecté à l’hôpital de Bône en 1834, décide de traiter les soldats atteints de fièvre en leur administrant de la QUININE ?
Le corps médical - dont l’éminent Dr. Broussais - s’opposera à lui.
Pourtant dans l’infirmerie de Maillot le nombre de morts tombe de 2 157 à 538, si bien qu’on appellera son service "le service où on ne meurt pas ".

(Cela ne rappelle-t-il pas une situation similaire qui oppose aujourd'hui Marseille à Paris ?) 


 

 

 

En 2002, à l'occasion des 175 ans de Picon, on a "customisé" les bouteilles ; l'étiquette d'origine est heureusement maintenue.


 

 

 

Incrustation de Philippeville sur les bouteilles Picon d'origine. Recherchées par les collectionneurs !

 

Voir aussi dans l’Algérianiste n° 83/1998, l'article de M. Scotti "vous prendrez bien un Picon" ainsi que l'Algérianiste n° 106/2004 de M. Destaing "Par l'épée, par la charrue ....et par la quinine" qui fait un rapide panorama des premiers grands épidémiologistes.

 

Publié dans TEMOIGNAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :