Exit Thiers pour une rue Gisèle Halimi à AIX ?

Publié le par Cercle Algérianiste d'Aix en Provence

Une manifestation a eu lieu à Aix, devant le Palais de justice organisée par un collectif se revendiquant de la défense du droit des femmes afin de rebaptiser la rue Thiers du nom de Gisèle Halimi.

« Non, l’icône en matière de féminisme et d’avancement sur le droit des femmes c’est Madame Veil, pas Gisèle Halimi. » avait commenté, selon la presse, la maire d’Aix, Maryse Joissains, quelques mois auparavant, en réponse à une interpellation de représentants de LaRem et de la France Insoumise.  

Nous connaissons bien, nous Français d’Algérie, les engagements très ciblés de Gisèle Halimi.  
C’est d’ailleurs ce que rappelait une récente tribune signée par 50 filles et femmes de Harkis opposées à sa panthéonisation recommandée par le rapport Stora, tribune parue dans la presse au cours du mois de janvier dernier.  
Selon ses signataires, Gisèle Halimi a « affiché en plusieurs occasions son mépris pour les harkis », notamment sur France Inter, le 3 mai 2010 où elle expliquait qu’elle appelait "femmes harkis" les femmes qu’elle considérait comme « ennemies des femmes ». « Les femmes harkis, malheureusement, cela existe » aurait-elle rajouté, toujours selon cette tribune.

La cause féministe ne serait-elle qu’un prétexte à la manifestation aixoise ?
Le choix par ces manifestants de remplacer la rue Adolphe Thiers (pourtant natif du Pays d’Aix, qui fit ses études de Droit à Aix et en fut député - mais honni par certains milieux) par une rue Gisèle Halimi avec la mention « rue Gisèle Halimi, avocate, femme politique, militante féministe et anticolonialiste » ne serait-il  pas plutôt l’expression d’un alignement à la "Cancel culture" et du "Woke" *qui aujourd’hui veulent nous entrainer vers la détestation de nos pères ?


* cancel culture : culture de l’annulation
*Woke culture :  culture du boycott au nom de ne pas être offensé. Venue de la gauche américaine.

 

Extrait de la Provence du 3 mai

Extrait de la Provence du 3 mai

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Elle demandait à ses client(e)s membre du FLN, de systématiquement dire au tribunal..."Nous avons été torturé(e)s"...Méthode Stalinienne, au possible...Alors non merci pas de rue G Halimi nulle part et soutien au collectif "femmes harkis" .G Carréras
Répondre
U
Qu'en pense les Aixois?
Répondre