Le Figaro : une étrange conception de l’information

Publié le par Cercle Algérianiste d'Aix en Provence

Un article paru le 6 janvier 2022 informe les lecteurs du Figaro de l’élection de Suzy Simon-Nicaise à la présidence de la Fédération des Cercles Algérianistes. Nous apprécions qu’un journal national rende compte de l’existence de notre association, elle aussi nationale, puisqu’elle se compose d’une quarantaine de Cercles locaux et régionaux répartis sur toute la France ; une association qui a fait la preuve de l’intérêt qu’elle suscite puisqu’elle regroupe plusieurs milliers d’adhérents, cela depuis 1973, et que son activité s’inscrit dans l’actualité. En effet les conférences, les colloques, les congrès, qu’elle organise concernent les différents aspects de l’histoire de la France en Algérie : assimilation, citoyenneté, religion et laïcité, enseignement, médecine, institutions etc. Ce sont autant de sujets dont on ne saurait prétendre qu’ils sont absents de nos débats et des choix politiques français actuels.

Notons pourtant que la brève information parue dans le Figaro se termine par deux lignes précisant que L’Algérianisme est accusé par ses opposants de « falsifier l’histoire et d’ignorer les crimes du colonisateur ». Les lecteurs du journal n’auraient-ils pas gagné en qualité, en véracité de l’information, si le rédacteur avait consacré ces deux lignes à dire ce qu’est l’Algérianisme, et ce qui fait l’originalité de l’association: recueillir l’héritage d’un courant littéraire, né en Algérie après la Première guerre mondiale, de la prise de conscience d’un nouvel état d’esprit. Un courant que des écrivains nommèrent « Algérianisme », qu’ils s’attachèrent à comprendre, à définir, et dont ils s’efforcèrent de traduire l’émergence dans leurs écrits.

Le journaliste a-t-il considéré que signaler la singularité d’une approche qui refuse de faire de la violence et de la guerre le seul fil conducteur de la « mémoire » de l’Algérie française, s’apparenterait pour lui à faire un pas en terrain miné ? A-t-il considéré que cette modeste publicité qui consiste pour notre association à être nommée dans Le Figaro devait être équilibrée, voire neutralisée, par une mise en cause, même anonyme? C’est possible ! Certes, il ne la prend pas ouvertement à son propre compte mais l’accusation de « falsification de l’histoire » et de « crimes de la colonisation » est si récurrente que l’effet pavlovien de rejet est garanti.

Pour Charles Péguy « Il y a quelque chose de pire que d’avoir une mauvaise pensée. C’est d’avoir une pensée toute faite. Il y a quelque chose de pire que d’avoir une mauvaise âme… C’est d’avoir une âme toute faite ».

Au début de 2022 nous pouvons sans doute considérer cet épisode, pourtant mineur, comme l’archétype de ce qui nous attend cette année dans un monde où chaque mot désigne son contraire, où prétendre favoriser la réconciliation revient à activer les anciennes fractures.

Evelyne Joyaux

Présidente du Cercle Algérianiste d’Aix-en-Provence

Le Figaro : une étrange conception de l’information

Publié dans POINT DE VUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Excellent commentaire, merci,Evelyne<br /> Ces Figaresques, de toute façon, dans leurs reptations idéologiiques, dans leur lâcheté ordinaire, ne<br /> cesseront jamais d'être nos ennemis....
Répondre