Macron et les Pieds-Noirs : Brillante analyse de Charlotte d'Ornellas

Publié le par Cercle Algérianiste d'Aix en Provence

La reconnaissance par le président Macron le 26 janvier dernier des souffrances des Français d’Algérie rapatriés (dits « Pieds-Noirs ») a suscité de nombreux commentaires. Beaucoup se sont félicités de cette « première »  y compris certains Pieds-Noirs.
Sur CNEWS, dans l’émission de Christine Kelly « Face à l’Info », Charlotte D’Ornellas, journaliste à Valeurs Actuelles, s’est livrée à une analyse très pertinente de ce geste macronien.

Crime contre l’humanité ?
Elle a d’abord rappelé l’étonnement que pouvait susciter une telle initiative de la part de Mr Macron qui, alors qu’en 2017 à Alger lors de la campagne présidentielle, il avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité », se proposait désormais, 5 ans après, d’inviter ceux-là même qu’il condamnait en bloc. Le refus par le Cercle Algérianiste de se rendre à cette invitation s’explique par ce paradoxe, sauf au président Macron de retirer son propos. Ce qu’il a refusé de faire.

La Fusillade de la rue d’Isly
En second lieu, Charlotte D’Ornellas a rappelé ce qu’avaient été en réalité les accords d’Evian du 19 mars 1962 que s’apprête à commémorer M. Macron. Loin du cessez-le-feu présenté généralement, ce fut pour les Pieds-Noirs et les Harkis le « début du calvaire » : fusillade du 26 mars de la rue d’Isly par des tirailleurs algériens de l'armée française, massacres d’Oran du 5 juillet et massacres de Harkis perpétrés sous l'égide du l'ALN et du FLN, accueil déplorable des rapatriés dans leur propre patrie, incompréhension des métropolitains.

Le président Macron chausse les lunettes algériennes
Charlotte D’Ornellas déplore enfin que le président Macron s’exonère d’une lecture historique de toute cette longue période (132 années) et d’une explication sur le rôle de la France avec les bénéfices qu’elle a apportés à l’Algérie. Mettant systématiquement la France en accusation, le président chausse ainsi les lunettes algériennes, explique la journaliste, ce qui est dramatique vis-à-vis de l’Algérie elle-même qui, ainsi, n’a aucune raison de se remettre en cause, mais surtout vis-à-vis des Français issus de l’immigration algérienne ou d’Algériens qui vivent en France et à qui l’on explique sans cesse que leur pays d’origine (l’Algérie) est victime en toutes choses de leur pays d’accueil (la France). (voir Extrait vidéo)

Or, pour Charlotte D’Ornellas « tout n’est pas une histoire de conquête et de torture. Or, parfois, quand on entend le récit en France on a l’impression que tout se résume à une conquête sanglante et aux tortures, ce qui n’est pas conforme à la justesse de la vérité historique. » Et ce que le président entend ignorer .

Ci-dessous, un court extrait de l'émission "Face à l'info" :

 

Regardez l'émission dans sa totalité sur le site de Cnews : Lien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article